Coûts indirects

La réglementation des fonds d’investissement alternatifs a permis une plus grande transparence et clarté, mais celle-ci est incomplète en termes de coûts. Les coûts des fonds fermés doivent déjà être mentionnés dans le prospectus de vente depuis 2005, car ils ont une très grande influence sur le résultat de l’investissement. À ce jour, il n’existe toujours pas de réglementation définitive quant à savoir quels coûts appartiennent à quelle catégorie à partir de quelle date et sous quelle forme la présentation doit être faite. Les investisseurs doivent simplement pouvoir voir dans le prospectus de vente le montant total des dépenses qui ne sont pas nécessaires à l’acquisition des actifs. Ces frais accessoires ne sont pas investis à profit pour l’investisseur, mais servent, entre autres, à rémunérer les initiateurs, la société de gestion et le service commercial. Les conseillers en investissement ont le devoir d’informer les investisseurs sur tous les aspects qui sont importants pour leurs décisions, y compris ces coûts indirects en raison de leur effet de réduction du rendement.

Quelle est la part des coûts indirects ?

Les coûts dits “soft” de l’investissement ne découlent pas de l’objet réel de l’investissement, mais sont consacrés à la préparation et à la gestion du fonds d’investissement. C’est le cas :

Commissions de vente

les frais de constitution, de commercialisation et de prospectus

Frais de garantie pour le placement

Rémunération des initiateurs, du fiduciaire et du commandité

Frais de montage du financement, rémunération pour l’obtention de capitaux extérieurs

Coûts de la levée de fonds propres

les taxes et les frais juridiques

Frais de gestion, rémunération des gestionnaires d’actifs et honoraires du dépositaire

Frais d’audit annuel

Cette liste n’est pas exhaustive. Il n’existe pas de réglementation analogue à celle des fonds d’investissement à capital variable quant aux éléments de coût qui font partie des dépenses totales d’un fonds. Cela rend la comparabilité des fonds d’investissement de type fermé plus difficile, car non seulement la charge des coûts diffère entre les fonds d’investissement de type fermé, mais les coûts des différents types de fonds diffèrent également, parfois considérablement. Les fonds aéronautiques ou navals ont une structure de coûts différente de celle des fonds immobiliers ou des fonds d’assurance vie.

Les commissions sont des facteurs de coût

La part la plus importante des coûts indirects est représentée par les commissions, qui sont versées à la force de vente à titre de subvention. Les coûts indirects sont divisés en composantes ponctuelles et permanentes. Les frais administratifs, par exemple, sont engagés de manière permanente, alors que le concept n’est payé qu’une fois. Tous les coûts encourus au début du processus d’investissement lors du lancement du fonds sont également connus sous le nom de coûts initiaux. Parmi les dépenses courantes, seule la rémunération doit être expliquée en détail. Les coûts initiaux et les rémunérations doivent être plafonnés. Dans la pratique, des problèmes se posent quant à l’affectation et à la délimitation claires des frais uniques et des frais de fonctionnement.

Quelle est l’influence des coûts indirects sur le retour sur investissement ?

Le bénéfice d’un fonds d’investissement fermé est calculé comme le solde des dépenses d’investissement plus les coûts accessoires et les revenus générés par les investissements. Comme les coûts indirects ne sont pas investis dans l’immeuble de placement et ne conservent donc pas leur valeur, ils réduisent considérablement le rendement. Plus la part des coûts indirects est élevée, plus le taux d’investissement est faible. Le ratio des coûts indirects est calculé par rapport aux capitaux propres des actifs du fonds moins la prime. Toutefois, le ratio des coûts indirects permet une comparabilité partielle des fonds d’investissement fermés.

Dans le passé, des coûts de distribution de 25% et des coûts indirects de 35% n’étaient pas rares dans les fonds fermés. Dans ce cas, seulement 65% du capital de l’investisseur a été investi. À la suite de ce développement exorbitant, de nombreux fonds sont devenus insolvables et les petits investisseurs ont perdu leur argent. Afin de pouvoir comparer les fonds plus facilement, une réglementation uniforme des coûts indirects et des composantes du ratio de dépenses totales pour les fonds alternatifs publics serait utile.

Selon cette étude, les nouvelles exigences réglementaires ont doublé les coûts de fonctionnement et réduit les coûts initiaux d’un quart.

Les causes de l’augmentation des coûts indirects

Il y a plusieurs raisons à cela. D’une part, la réglementation a imposé de nouveaux coûts aux initiateurs de fonds, tels que les frais de dépôt et l’évaluation des actifs. D’autre part, la tendance à l’augmentation des coûts permanents des fonds avait déjà commencé avant la nouvelle législation. De plus en plus de frais basés sur la performance sont facturés par les fournisseurs. L’avantage de ces frais est que les coûts sont répartis plus uniformément sur la durée de vie du fonds et que les responsables ont un plus grand intérêt dans le succès de l’entreprise. Toutefois, des frais de fonctionnement plus élevés ont un impact bien plus important sur le rendement des actifs investis que des frais ponctuels élevés, car ils ont un effet réducteur sur les bénéfices chaque année. Les frais de fonctionnement modifient le ratio des dépenses totales au fil du temps, mais la manière dont ce ratio est ensuite calculé reste ouverte. Les actifs des fonds fermés sont également plus faciles à vendre à des coûts ponctuels peu élevés, car ils bénéficient d’une notation plus favorable de la part des agences.

Les investisseurs peuvent trouver le ratio de dépenses totales des fonds d’investissement fermés dans les conditions d’investissement des actifs, le prospectus de vente et dans les Informations essentielles pour l’investisseur, la fiche d’information sur les produits des fonds d’investissement. Toutefois, la faiblesse des coûts n’est pas le seul critère de qualité des fonds alternatifs publics. Les fonds d’investissement qui ont une faible composante de coûts indirects ne doivent pas nécessairement générer un rendement supérieur à la moyenne. Seul un examen approfondi de toutes les possibilités et de tous les risques liés à l’investissement dans une entreprise peut apporter une réponse à la question de savoir si l’investissement convient à l’investisseur.