Investissement

Les taux d’intérêt directeurs abaissés par la Banque Centrale Européenne visent à encourager les entreprises à investir davantage pour stimuler l’économie. Mais qu’est-ce exactement qu’un investissement, quelles sont les relations avec le financement et que faut-il prendre en compte lors d’un investissement ?

Comme le financement, l’investissement est une composante de l’économie financière, qui peut s’expliquer de deux façons. D’une part, elle peut être considérée d’un point de vue économique (macroéconomie et microéconomie) et, d’autre part, du point de vue de l’administration des entreprises.

Concept d’investissement

Dans la littérature, plusieurs termes d’investissement sont utilisés, mais dans le présent document, seule la définition des termes d’investissement déterminés par les actifs et les paiements est prise en compte.
Le concept d’investissement déterminant les actifs peut être expliqué d’un point de vue comptable. Dans ce contexte, un investissement est la transformation du capital en actifs (actifs immobilisés et actifs circulants), qui sont situés à l’actif du bilan. Ainsi, un investissement implique l’utilisation du capital disponible par le biais d’un financement. En règle générale, une distinction est faite entre les investissements de remplacement et les investissements d’expansion.

Classification selon les types d’investissement

Le concept d’investissement déterminé par le paiement, en revanche, peut être expliqué d’un point de vue financier. Les investissements sont considérés ici comme une série de paiements, où il est habituel que le premier paiement commence par un décaissement, les paiements ultérieurs représentant normalement une série de recettes. Dans le cas du financement, en revanche, la série de paiements commence par une entrée qui est liée à des sorties futures.

Types d’investissements

Les ressources financières sont utilisées dans le processus d’investissement pour acquérir des actifs. La subdivision des actifs immobilisés en actifs corporels, actifs financiers et actifs incorporels permet de classer les investissements selon le type d’actif à l’actif du bilan.

En outre, une subdivision supplémentaire de l’objet d’investissement peut être effectuée. Dans ce contexte, une distinction est faite entre les différentes motivations de la décision d’investissement.

Investissement de démarrage

Investissement d’expansion

Investissement de remplacement

Investissement dans la rationalisation

Investissement dans la diversification

Investissement pour le passage à l’euro

Il est conseillé aux investisseurs d’être clairs sur le type d’investissement et la motivation qui sous-tend l’investissement en capital. En fonction de ces deux facteurs, il existe différentes méthodes de calcul qui doivent être adaptées à ceux-ci afin de prendre la bonne décision d’investissement.

Calcul des investissements

Le calcul de l’investissement est un élément important pour prendre des décisions d’investissement. Les investissements sont généralement à long terme et ont donc un caractère prospectif. Par conséquent, les paiements entrants et sortants liés à l’investissement sont incertains. Par conséquent, les investissements comportent également des risques pour la liquidité et la rentabilité de l’entreprise. Cependant, il est également clair que les entreprises doivent prendre des risques afin de maintenir, voire d’augmenter leur capacité de gain à l’avenir.
Les objectifs monétaires et non monétaires jouent un rôle important dans la prise de décision. Toutefois, seuls les objectifs monétaires sont pris en compte dans le calcul de l’investissement.

Dans le cadre du calcul des investissements, un certain nombre de questions doivent être traitées afin de peser les risques qui viennent d’être mentionnés. Tout d’abord, la question des bénéfices de l’investissement est d’une importance cruciale. Il s’agit d’évaluer une seule opportunité d’investissement. Il est donc décidé si l’investissement doit être réalisé ou si une dérogation a un sens. En cas d’avantage absolu, l’objet de l’investissement doit être acquis.
Toutefois, s’il existe plusieurs options d’investissement, le problème de sélection se pose. La question se pose ici de savoir quelle variante d’investissement est relativement plus avantageuse. Ici aussi, un examen du caractère raisonnable est indispensable, car même s’il existe plusieurs options d’investissement, cela ne signifie pas, à l’inverse, qu’une seule variante soit économiquement appropriée.
Si deux projets d’investissement alternatifs ne sont pas toujours mutuellement exclusifs, une combinaison des deux alternatives peut également être réalisée. Dans de telles situations, la personne qui prend la décision d’investissement est donc en mesure de mettre en œuvre diverses combinaisons d’un certain nombre de projets individuels. Toutefois, il est important de vérifier s’il s’agit également d’une décision sensée qui correspond aux objectifs de l’investisseur.

Problèmes

Les décisions d’investissement sont naturellement sujettes à l’incertitude. Le calcul en lui-même ne pose pas de problème. Au contraire, il est difficile d’obtenir les données nécessaires. En outre, le décalage horaire constitue un défi, car les paiements effectués à des moments différents doivent être comparables. Il existe deux approches de calcul qui conviennent ici.

Méthode de calcul des investissements

Il s’agit d’un calcul d’efficacité économique, dans lequel la méthode de calcul statique aussi bien que dynamique est possible.
La méthode statique impressionne par sa simplicité de calcul. Ici, les paiements entrants et sortants ne sont pas inclus, mais les coûts les plus importants liés à la période (tels que l’amortissement) sont inclus. Les procédures habituelles sont :

Calcul de comparaison des coûts

Tableau comparatif des bénéfices

Calcul de comparaison de la rentabilité

Calcul de l’amortissement statique (continu)

Les calculs sont essentiellement basés sur une période moyenne. C’est l’inconvénient du calcul statique, car les différences temporelles des variables incluses dans le calcul ne sont pas prises en compte. En conséquence, les résultats sont imprécis et irréalistes. Pour avoir un premier aperçu, la procédure est néanmoins utile.

La méthode de calcul dynamique est beaucoup plus précise. Elle fournit des résultats très précis, mais nécessite également un effort de calcul plus important. Les différentes dates de paiement sont utilisées dans cette méthode de calcul. Les paiements entrants et sortants qui ont le même montant mais qui se produisent à des moments différents ont des valeurs différentes. Le calcul dynamique se caractérise par l’actualisation et relève donc du domaine des mathématiques financières. Les méthodes de calcul habituelles sont les suivantes :

Méthode de la valeur actuelle nette

Méthode du rendement actuariel

Méthode de la rente

L’investissement net est essentiel pour que les entreprises continuent à générer des revenus à l’avenir. Ils conduisent à la croissance économique et sont réalisés surtout lorsque les taux d’intérêt sont bas, car le coût du crédit est également faible. Les investisseurs doivent être conscients du type d’investissement qu’ils font et de la motivation qui le sous-tend. Cela est nécessaire pour pouvoir sélectionner la méthode de calcul de l’investissement appropriée afin de prendre une décision d’investissement significative.