Remboursement

Les créanciers prêtent des capitaux en tant qu’investisseurs aux émetteurs d’obligations ou en tant qu’institutions financières avec des prêts ainsi que des prêts aux particuliers et aux entreprises. Quels que soient le but et les conditions, chaque créancier veut récupérer son argent. Le remboursement progressif et complet des dettes par l’emprunteur est appelé remboursement. Le règlement de la dette se réfère au montant du prêt accordé à l’origine. En plus de la dette du prêt, les intérêts convenus doivent être payés. Les conditions de l’obligation ou des contrats de crédit ou de prêt stipulent comment la dette doit être remboursée et si elle peut l’être dans les délais ou non.

Y a-t-il un lien entre les intérêts et le remboursement de la dette ?

Le taux d’intérêt de l’obligation ou du prêt dépend de divers facteurs, dont l’un est le remboursement de la dette. Le taux d’intérêt dépend principalement de la solvabilité du débiteur et du niveau actuel des taux d’intérêt sur les marchés des capitaux. La durée du prêt est également un facteur décisif pour déterminer le montant des intérêts que l’emprunteur doit payer. En général, le principe suivant s’applique : plus une somme d’argent est prêtée longtemps, plus le taux d’intérêt sur le prêt est élevé. Le taux d’intérêt reflète le prix du prêt du capital. En pratique, le prêteur reçoit une compensation pour le prêt à court ou à long terme de son capital, et il renonce à toute autre utilisation de son argent pendant cette période. Dans le cas d’un prêt à versement constant, plus le versement est élevé, plus le remboursement est rapide et plus la durée du prêt est courte. La tranche de prêt est composée d’un remboursement et d’une partie intérêts. Par conséquent, si la dette est réglée rapidement, les frais d’intérêt sont nettement inférieurs pour l’emprunteur.

Quels sont les types de remboursement ?

La forme de remboursement de la dette dépend du type de prêt. Une distinction fondamentale est faite entre les remboursements réguliers et les remboursements irréguliers. Les découverts, les facilités de caisse, les facilités de découvert et les cartes de crédit renouvelables sont des exemples de remboursements de prêts irréguliers. Ici, l’emprunteur - entreprise ou client privé - décide du montant de la ligne de crédit accordée qui sera remboursé, en fonction de la situation de liquidité. En général, seul un petit remboursement minimum est convenu, sinon les emprunteurs restent totalement variables dans leur remboursement. Des remboursements réguliers sont prévus à la signature du contrat. Les banques proposent les types de remboursement suivants :

Le remboursement de la rente : Ce type de remboursement de prêt est le plus souvent utilisé pour le financement de la construction. Le taux du prêt à la construction est toujours le même. Au début, le taux d’intérêt est le plus élevé, vers la fin de la durée du prêt, le taux de remboursement augmente plus fortement. Cela est dû au fait que la dette restante du prêt à la construction diminue pendant la durée du prêt, de sorte que moins d’intérêts sont dus. Grâce à ce type de remboursement, les emprunteurs peuvent calculer et planifier de manière optimale leur charge mensuelle pour la période de prêt convenue.

Remboursement d’un acompte : Avec le remboursement par acomptes, la part de remboursement reste toujours la même, mais les paiements d’intérêts sont ajustés à la dette restante réelle, de sorte qu’ils diminuent pendant la durée du prêt. Cela se traduit par un paiement échelonné plus faible pour chaque intervalle de remboursement. Le montant du versement est réduit de façon continue pendant la durée du prêt. Cette forme de remboursement est principalement utilisée pour les prêts aux entreprises.

Remboursements finaux : Dans le cas des prêts à échéance finale, seuls les intérêts sont dus initialement ; le prêt lui-même n’est pas remboursé avant le versement du dernier versement. Avec cette forme de remboursement, les frais d’intérêt ne sont pas réduits car le montant du prêt reste constant. Ces prêts sont également appelés prêts sans remboursement et sont également utilisés dans le secteur des prêts aux entreprises. Dans le cas des prêts à la consommation, ces remboursements sont utilisés pour des prêts automobiles (financement par ballon) ou pour le financement de la construction si le propriétaire du bâtiment reçoit une somme importante d’une police d’assurance ou d’un contrat de société de construction au moment du remboursement.

Remboursement unique : Dans le cas d’un remboursement unique, le montant total du prêt, y compris les intérêts, est remboursé à la fin du terme. Pendant la durée du prêt, la dette restante reste la même et aucun intérêt n’est transféré. Le règlement de la dette à la date d’échéance exige de l’emprunteur qu’il épargne le montant du remboursement ailleurs ou, comme pour les remboursements in fine, qu’il dispose d’un solde créditeur plus important, par exemple dans le cadre d’un héritage.

Remboursement imprévu : Les remboursements imprévus sont des paiements spéciaux non planifiés effectués pour réduire la dette restante et le coût du prêt. Pour les remboursements imprévus de prêts, par exemple, on peut utiliser les primes de Noël, les remboursements d’impôts ou un gain de loterie. Ils sont accordés par la loi pour les prêts à tempérament aux consommateurs, généralement aux dates de paiement à tempérament obligatoires, mais pas toujours gratuitement. Pour les prêts à la construction, ils doivent être contractés à l’avance avec la banque ; souvent, ils ne sont disponibles que pour un certain montant ou pour une somme supplémentaire. Les remboursements spéciaux ont un effet favorable sur l’emprunteur.

A quoi faut-il faire attention ?

Le financement comprend un plan de remboursement, qui constitue la base de calcul du budget de l’emprunteur. Si le prêt est remboursé rapidement avec un taux de remboursement élevé, l’emprunteur économise des intérêts et des frais. Le montant total du remboursement est réduit, les remboursements spéciaux ont le même effet. Le calendrier de remboursement vous aide à suivre le remboursement du prêt.

S’il reste une dette résiduelle considérable à la fin de la période à intérêt fixe pour le financement de la construction, l’emprunteur est soumis à un risque de taux d’intérêt considérable. Plus le taux de remboursement est élevé, plus les frais mensuels sont élevés. Si vous choisissez un taux de remboursement faible, vous aurez un montant important à rembourser à la fin de la période à intérêt fixe, qui devra ensuite être re-financé aux taux d’intérêt actuels du marché. Le risque de variation des taux d’intérêt est très élevé pour les financements de suivi, en particulier pendant les périodes de faibles taux d’intérêt. Il est donc conseillé de choisir la période à intérêt fixe la plus longue possible pendant ces périodes. En outre, le taux de remboursement doit être suffisamment élevé pour que la durée du prêt ne soit pas inutilement prolongée et que le coût total du prêt augmente.

Conclusion

Comme le remboursement de la dette est important pour la durée et le coût total du financement, les demandeurs doivent examiner si le taux est viable à long terme avant de contracter un prêt. Il est important d’évaluer sa propre situation financière de manière réaliste et de planifier avec précision le remboursement de la dette. Plus tôt un prêt est remboursé, moins l’emprunteur doit dépenser d’argent pour le rembourser intégralement. Le choix du bon prêt et de la bonne méthode de remboursement contribue de manière significative au règlement ponctuel et sans stress de toutes les dettes. Ainsi, l’emprunteur peut se désendetter plus rapidement ou adapter son prêt de manière plus souple à une situation de vie différente.