Retard d'assainissement

Pour que les investissements immobiliers soient rentables, ce n’est pas seulement l’achat avantageux qui est décisif, mais il est également important de s’assurer que le bien immobilier reste un investissement valable à long terme. Cela signifie que, surtout dans le cas de bâtiments anciens, les mesures visant à préserver et à augmenter la valeur de la propriété ne doivent pas être négligées. Il existe un retard d’investissement si aucun capital n’est dépensé sur une longue période pour l’entretien et l’expansion des biens immobiliers, des machines, des équipements et autres actifs corporels. Ce qu’un retard d’investissement peut entraîner est évident dans de nombreux bâtiments publics. Les municipalités manquent d’argent pour mettre les écoles, les hôpitaux ou les ponts dans un état moderne et utilisable. L’important retard d’investissement de ces dernières années s’explique par deux raisons. D’une part, les exigences légales pour améliorer l’infrastructure et la demande de la population ont augmenté. Dans le même temps, trop peu de fonds ont été mis à disposition pour de nouveaux investissements, en particulier pour les structures d’accueil des enfants et les écoles. En outre, depuis de nombreuses années, rien n’a été fait pour résorber le retard pris dans les travaux de rénovation des infrastructures de transport ou des installations sportives, de sorte que de nombreuses routes ou ponts délabrés doivent être rénovés d’urgence. Cependant, ce n’est pas si facile à réaliser, car les besoins d’investissement sont de toute façon chroniquement sous-financés et les retards signifient qu’il faut de plus en plus de fonds pour la rénovation des écoles, la réparation des ponts ou l’entretien des routes. Les rénovations doivent être compensées si l’on ne veut pas que la structure du bâtiment se dégrade complètement et soit finalement renouvelée. Les coûts de rénovation sont également en constante augmentation.

Le retard de rénovation coûte des avantages fiscaux

Les propriétaires sont donc plus intelligents et investissent du temps dans des mesures structurelles qui servent à maintenir et à améliorer la substance du bâtiment. Les propriétaires peuvent déduire certaines dépenses de l’impôt en tant que dépenses liées au revenu s’ils veulent louer leur propriété. Il s’agit notamment des frais de fonctionnement pour l’eau et l’électricité, de l’impôt foncier, des contributions pour l’assurance du bâtiment et des dépenses pour les agents immobiliers et les annonces, qui peuvent être crédités dans la déclaration d’impôt, avant même la location effective. Dans le cas d’appartements vacants, les frais d’amortissement ou de réparation peuvent également être déduits des impôts. Dans tous les cas, il est toutefois indispensable que le propriétaire fournisse au bureau des impôts une preuve crédible de son intention de louer effectivement les appartements et de gagner un revenu imposable grâce à des recettes et des activités. Si un arriéré de rénovation est apparu parce que le propriétaire a dépensé trop peu d’argent pour l’entretien de l’immeuble au fil des ans, les déductions fiscales ne sont plus applicables selon la jurisprudence actuelle. Si une maison ou un lotissement est en mauvais état, le bureau des impôts peut refuser de déduire l’impôt sur les pertes résultant de la location et de l’affermage si les appartements ne peuvent pas être occupés ou loués dans un avenir proche.

Pourquoi est-il également nécessaire d’éviter un retard dans la rénovation des biens immobiliers ?

Un retard de rénovation peut avoir des conséquences imprévisibles. En particulier dans le cas des bâtiments anciens, le risque de dommages augmente d’année en année, par exemple en raison de l’éclatement de tuyaux dû à la corrosion, de fissures dans le toit ou d’installations électriques obsolètes. Les propriétaires peuvent même risquer leur couverture d’assurance. L’environnement bénéficie également de la rénovation des bâtiments. Une meilleure isolation thermique peut permettre d’économiser beaucoup d’énergie et de coûts, et donc de réduire les besoins énergétiques nationaux. Enfin et surtout, un certain nombre de mesures de rénovation permettent d’améliorer la qualité de vie. Toutefois, les impératifs de l’efficacité économique doivent être respectés dans les rénovations. Dans le cadre d’un bail existant, le loyer ne peut pas être augmenté en raison de simples réparations ou d’un entretien ; ce n’est le cas que pour les mesures de modernisation. Les modernisations peuvent faire partie de mesures de rénovation ; elles doivent s’accompagner d’une réduction des frais de chauffage ou d’électricité ou d’une amélioration des conditions de vie. Ainsi, il n’est pas toujours garanti que les propriétaires tirent un avantage économique direct des mesures de rénovation.

Conclusion : que doit-il se passer à l’avenir ?

Très peu de propriétaires sont en mesure de financer des projets de rénovation à partir de leurs revenus locatifs actuels. L’État accorde actuellement des subventions à faible taux d’intérêt, en particulier pour la rénovation énergétique des bâtiments résidentiels. Cela signifie qu’un immeuble ancien est mis aux normes d’un immeuble neuf en termes d’exigences énergétiques grâce à une isolation cohérente et à de nouvelles fenêtres. Pour que les rénovations ne manquent pas d’avoir lieu ou soient reportées de nombreuses années, il est nécessaire de soutenir les propriétaires, que ce soit par des avantages fiscaux, un programme spécialisé tel que celui de la protection du patrimoine urbain ou des prêts des banques de développement nationales et régionales. Les initiatives économiques régionales (IER) peuvent également y contribuer de manière significative. Les taxes de réaménagement ne doivent pas être réduites. Toutes les mesures de promotion pourraient être spécifiquement regroupées et coordonnées dans un paquet d’investissement, en tenant compte des intérêts des locataires. L’objectif doit être d’éliminer progressivement le retard de rénovation dans le secteur public et de prévenir le même dilemme dans le secteur du logement. En définitive, l’objectif est d’éviter des dommages irréparables à la structure du bâtiment et de prévenir une diminution de la valeur des biens.

Résumé :

Les retards de rénovation entraînent des dégâts dans la structure des bâtiments, une consommation d’énergie plus élevée et des investissements immobiliers non rentables

Les propriétaires ne doivent pas retarder les réparations et l’entretien nécessaires pendant une période inutilement longue, l’arriéré des travaux de rénovation réduit les avantages fiscaux

Il faut éviter la dépréciation à long terme des biens immobiliers

Des efforts sociaux sont nécessaires, par exemple par le biais d’un paquet d’investissement national